GouvInternet est une initiative qui vise a faire la promotion des sujets en rapport avec la gouvernance et le développement de l’internet.

AfPIF

AfPIF 2018 Deuxième jour : Connecter le Cap au Caire

La réalisation du rêve africain de la connectivité par la fibre optique en partant de Cape Town au Caire est de plus en plus proche.
Liquid Telecom a annoncé des progrès considérables dans la signature d’accords avec les autorités de régulation et les partenaires de l’acheminement.

Liquid Telecom a un plan ambitieux de réduction des temps de latence dans la connectivité entre le Cap et le Caire.
Actuellement, le trafic est acheminé à travers l’Europe avec des temps de latence de 209 ms et il sera réduit à 97 ms.

Dans son discours d’ouverture au Forum Africain de Peering et d’Interconnexion (AfPIF), Ben Roberts, CTO Liquid, a déclaré que le projet sera mis en œuvre à travers l’infrastructure Liquid existante dans différents pays, le partenariat avec les fournisseurs d’infrastructure existants et les régulateurs. Le projet devrait être terminé d’ici 2020 et, à terme, relier l’Afrique de l’Est et l’Afrique de l’Ouest.

Liquid s’attend à ce que l’accord de la Zone continentale africaine de libre-échange (AfCFTA), signé et ratifié récemment, stimule l’inter-connectivité de ville à ville, alors que de plus en plus de pays cherchent des moyens de commercer entre eux et éventuellement d’échanger du trafic Internet. L’objectif d’augmenter le trafic intra-africain à large bande.

Roberts projette que l’infrastructure actuellement en cours de mise en place sera très utilisée par les jeunes, qui ont grandi en ligne – par le biais de l’éducation, des médias sociaux et des applications de jeux. On s’attend à ce que l’Internet des objets se développe ; actuellement, la plupart des déploiements d’IdO sont en Afrique du Sud, mais on s’attend à ce qu’il se développe dans des domaines tels que la santé, l’agriculture, les villes intelligentes, le transport et la logistique.

L’infrastructure en nuage, combinée à l’IdO, devrait alimenter les services publics, l’eau, l’assainissement, la santé, l’agriculture, les villes intelligentes, les transports et les services financiers.

La croissance des centres de données et de l’infrastructure en nuage a été la clé de la croissance du contenu et de la baisse des coûts de connectivité. La plupart des transporteurs et des distributeurs de contenu dépendent de la croissance du centre de données pour déterminer s’il faut entrer sur le marché ou non.

Michele McCann de Teraco a présenté la croissance de l’espace de leur centre de données, en soulignant les facteurs dont ils tiennent compte avant de décider d’entrer ou non sur un marché. Teraco compte actuellement plus de 350 AS représentés dans ses installations et leur nombre ne cesse de croître chaque mois.

Teraco a commencé par la construction de réseaux en construisant des câbles structurés entre eux et le peering, des services en nuage ont été construits et à mesure que l’alimentation et le refroidissement devenaient plus fiables, les fournisseurs et distributeurs de contenu, les marchés financiers et les marchés d’entreprise ont mis en place des services. L’une des plus petites banques sud-africaines a réussi à gagner du terrain sur le marché en se concentrant sur sa stratégie en ligne au lieu de l’approche traditionnelle de la brique et du mortier.

Quelles sont les tendances qui stimuleront la croissance des centres de données ? Le rapprochement des contenus des utilisateurs pousse les CDN à se déplacer vers l’Afrique, la migration accélérée vers le cloud alors que les entreprises cherchent à réduire les dépenses d’investissement, les coûts de connectivité, la croissance des services en ligne et la disponibilité de l’échange de trafic.

La disponibilité des statistiques s’est améliorée au fil des ans, Telegeography présentant ses données sur les tendances du trafic et les prix en Afrique. Cette année, l’Internet en Afrique a augmenté de 45% alors qu’en Afrique subsaharienne, il a augmenté de 40%, contre 72% l’année dernière.

La télégraphie mesure le trafic international, donc s’il y a eu une augmentation du trafic local, il est peu probable qu’elle se reflète sur les statistiques de la télégraphie. L’objectif de l’AfPIF est que le trafic local soit échangé localement, mais 82 % de la capacité de l’Afrique passe encore par l’Europe.

On prévoit qu’à mesure que les latences diminueront, de plus en plus de CDN seront attirés vers l’Afrique et dans des régions comme l’Amérique latine. Les CDN ont fini par investir dans quatre câbles sous-marins, car ils cherchent à réduire les coûts de connectivité et à atteindre un plus grand nombre d’utilisateurs.

————————————–
Auteur :
Betel Hailu – Communications Coordinator for the African Regional Bureau of Internet Society
Source en anglais : AfPIF2018 Jour 2

Montresor KONAN

Titulaire d'un Master en Ingénierie des Sytèmes d'Information, je suis passionné par les sujets en rapport avec le développement d'internet en Afrique. Par ailleurs, je suis membre du chapitre Internet Society (ISOC) Côte d'Ivoire et également membre du Non-Commercial Stakeholder Group (NCSG) de l'ICANN.

No Comments

Post a Comment

Comment
Name
Email
Website